CG

ENDOMOBIL,
NOS CG.

Les Conditions générales (CG) régissent la relation juridique entre ENDOMOBIL GmbH et ses clients. Elles forment la base juridique de la relation commerciale.
  1. Objet de l'accord
    1. Le présent contrat-cadre constitue les conditions générales de vente (ci-après dénommées CGV) de la société ENDOMOBIL GmbH. Ces CGV contiennent les règles générales qui s'appliquent aux contrats individuels entre le client et le prestataire. Les contrats individuels sont appelés « contrats individuels ».
    2. Les présentes CGV contiennent les règles qui s'appliquent en principe à tous les « contrats individuels ». Les dispositions des présentes CGV s'appliquent si l'une des parties contractantes indique, lors des négociations sur le « contrat individuel » respectif, qu'elle souhaite faire de l'inclusion des présentes CGV et de leurs annexes la base juridique du « contrat individuel » respectif.
    3. Des conditions générales spéciales pour des types particuliers de contrat individuel se trouvent dans les parties A et B. L'applicabilité des dispositions légales des parties A et B doit être convenue séparément dans chaque cas.
    4. Les services et les offres du prestataire s'adressent exclusivement aux entrepreneurs au sens de l'article 14 du BGB (code civil allemand).
  2. Composantes du contrat, clause de défense et définitions
    1. Composantes du contrat
      1. Le présent contrat-cadre Les dispositions des différentes parties des CGV se complètent. En cas de chevauchement, lex specialis derogat legi generali s'applique.
      2. Les annexes applicables à tous les services du prestataire, si elles sont convenues :
        • Partie A - Maintenance - obligation permanente
        • Partie B - Location et crédit-bail
        • Annexe AVV - Règles pour le traitement des données des contrats individuels
        • Annexe HBV - Accord individuel de limitation de la responsabilité, si convenu
        • Annexe BL - Liste de stock du client
    2. Clause de défense Les conditions générales du prestataire sont les seules applicables. Des conditions générales du client ne deviennent pas partie du contrat. Toute inclusion de conditions générales de vente du client par formulaire est rejetée.
    3. Définitions et notes
      1. « Retraitement » : le nettoyage hygiénique du dispositif au moyen de désinfectants et d'appareils de nettoyage automatiques destinés à cet effet.
      2. Le « client » est le partenaire contractuel du prestataire.
      3. L’ « inventaire » est l'inventaire convenu des équipements sur lesquels le prestataire effectue les réparations dans le cadre du contrat.
      4. « Documentation » : soit le manuel de réparation, soit le mode d'emploi des fabricants de l'équipement à réparer, y compris les enregistrements des essais internes.
      5. « Contrat individuel » désigne le contrat individuel respectif conclu avec l'inclusion des présentes CGV et de ses annexes.
      6. « Influence extérieure » : une influence extérieure et inappropriée sur l'équipement à réparer. À cette fin, il convient de faire une distinction entre l'intention et la « négligence délibérée », comme par ex. :
        • Les défauts et dommages résultant d'une manipulation inappropriée, d'une mauvaise utilisation, d'un comportement fautif, d'une utilisation continue ou prolongée de l'appareil non conforme à sa destination, d'une utilisation continue ou prolongée non conforme à l’utilisation visée dans le mode d'emploi de l'appareil (intention ou « négligence délibérée »),
        • Démontage non autorisé, réparations ou modifications non effectuées par le fabricant ou un centre de service agréé ;
        • Défauts ou dommages dus à un test, un entretien ou une installation incorrects ou à tout changement et modification de l’appareil ; et la « négligence simple », telle que
        • Défauts ou dommages dus à une manipulation accidentelle, comme l'immersion dans des liquides et la corrosion ou la rouille qui en résultent, ou l'utilisation d'accessoires incorrects / d'une tension incorrecte, de produits de nettoyage incorrects ;
        • Défauts et dommages résultant d'une utilisation unique ou de courte durée de l'appareil non conforme à l'usage prévu, d'une utilisation unique ou de courte durée non décrite dans le mode d'emploi de l'appareil ou d'accidents ;
      7. La « négligence délibérée » est le non-respect par l'acteur de la prudence requise dans la matière, par lequel il s'attend à la survenue possible du succès dommageable, mais croit par négligence que le dommage ne se produira pas.
      8. La « négligence simple » est le non-respect de la prudence objectivement requise de l'acteur dans la matière, par lequel il n'a pas reconnu la survenance possible d'un succès dommageable, alors qu'il aurait pu le reconnaître avec la prudence requise.
      9. « Devis » est le calcul non contraignant par le prestataire du coût estimé de la « réparation » d'un appareil. Le client peut rejeter ou accepter le calcul non contraignant du prestataire. Le coût du service du prestataire peut dépasser le calcul des coûts estimés dans une mesure insignifiante, ne dépassant pas 20%.
      10. Les « employés » sont tous les employés du prestataire et tous les sous-traitants chargés de l'exécution du « contrat individuel » respectif avec le consentement du client ou leurs employés. Ils sont tenus de garder le secret et de respecter les règles de protection des données.
      11. « Réparation » est la remise en état de fonctionnement d'un appareil défectueux.
      12. « Usure » est l'usure normale de l'équipement résultant d'une utilisation normale et du vieillissement normal de l'équipement. Il s'agit en particulier des rayures et des dommages sur les surfaces du boîtier et sur toutes les autres pièces extérieures exposées qui résultent d'une utilisation normale par le client et/ou des composants situés dans ou sur l'appareil ou installés dans l'appareil et qui sont dus à des causes mécaniques, telles que le contact et le mouvement relatif d'un contre-corps solide, liquide ou gazeux, qui entraînent une perte de masse d'une surface, par ex. par meulage, roulement, choc, rayure, contrainte chimique ou thermique, comme les gaines ou les câbles (usure dite mécanique), à moins que le dommage ne soit dû à un défaut de matériau ou de fabrication.
      13. « Conclusion du contrat » signifie la signature du « contrat individuel » respectif par les deux parties.
  3. Objet du contrat
    1. L'objet du contrat est exclusivement constitué des prestations du prestataire désigné dans le « contrat individuel ».
    2. Les « contrats individuels » sont chacun conclus avec l'inclusion de la validité des présentes CGV et de leurs annexes, même si les parties décident de conclure un nouveau contrat ou en négocient et qu'il est clair au moment de la conclusion du contrat que seule une partie souhaite conclure le nouveau « contrat individuel » avec l'inclusion des présentes CGV et de leurs annexes et que l'autre partie respective ne s'y oppose pas immédiatement.
  4. Services de réparation
    1. Le client sait que le prestataire utilise des pièces de rechange d'origine, neuves et usagées, ainsi que des pièces de rechange reconstruites pour effectuer les réparations.
    2. Dans le cas où la réparation ne peut être effectuée, l'objet à réparer ne doit être remis dans son état initial que sur demande expresse du client et contre remboursement des frais, sauf si les travaux effectués n'étaient pas nécessaires.
    3. Le prestataire envoie au client un « devis » pour l'appareil que le client a envoyé au prestataire pour réparation. Le client est conscient du fait que les coûts indiqués peuvent être dépassés de 20% maximum.
    4. Les informations sur les délais de réparation sont basées sur des estimations et ne sont donc pas contraignantes.
    5. L'accord d'un délai de réparation contraignant, qui doit être désigné comme tel par écrit, ne peut être exigé par le client que lorsque l'étendue des travaux a été déterminée avec précision et sous réserve d'une livraison correcte et dans les délais au prestataire lui-même. En cas de commandes supplémentaires et d'extension passées à une date ultérieure ou en cas de travaux de réparation supplémentaires nécessaires, la période de réparation convenue sera prolongée en conséquence. Si la réparation est retardée en raison d'un cas de force majeure, une prolongation raisonnable de la période de réparation s'applique dans la mesure où il est prouvé que ces empêchements ont une influence significative sur l'achèvement de la réparation. Cette disposition s'applique également si ces circonstances surviennent après que le prestataire a manqué à ses obligations.
  5. Retour d’appareils non réparés
    1. Si le client ne passe pas un ordre de réparation après réception du « devis » ou après réception de l'information selon laquelle une pièce de rechange n'est pas en stock et que la réparation risque donc d'être retardée, l'appareil sera renvoyé gratuitement au client. Dans ce cas, les dispositions suivantes s'appliquent :
      • Si l'unité est reçue par le prestataire dans un état assemblé, l'unité sera retournée telle qu'elle a été reçue par le prestataire, mais sans le caoutchouc de pliage.
      • Si le dispositif est reçu par le prestataire dans un état démonté, le prestataire doit le monter, dans la mesure où cela est nécessaire pour l'établissement d'un devis, et le retourner au client dans l'état monté, la fonctionnalité du dispositif n'étant pas rétablie.
    2. Aucun « retraitement » de l'équipement non réparé n'aura lieu. Dans ce cas, le prestataire n'est pas responsable de la fonctionnalité de l'appareil non réparé et déconseille expressément toute utilisation ultérieure de l'appareil.
    3. Les appareils qui ne peuvent pas être réparés par le prestataire sont retournés au client les jours ouvrables dans un délai de 48 heures, à compter de la réception de la notification par le client que l'équipement ne peut pas être réparé. Ce règlement couvre par ex. les vidéo-endoscopes s'ils nécessitent un remplacement de la puce CCD et que celle-ci n'est pas disponible en tant que pièce de rechange au moment de la réparation, ainsi que d'autres pièces de rechange telles que les boîtiers. Les éventuels frais occasionnés par d'autres entreprises de réparation ne sont pas à la charge du prestataire, sauf s'il s'agit de travaux de réparation que le prestataire offre habituellement comme service, mais qu'il n'exécute pas de manière fautive dans certains cas, malgré un ordre du client.
  6. Rémunération ; droit de rétention ; compensation
    1. Sauf accord contraire, le montant de la rémunération est basé sur le « contrat individuel ». Toutes les modalités de paiement telles que les paiements partiels, les rabais, les escomptes de règlement etc. sont définies dans le « contrat individuel ». Il en va de même pour les frais de voyage et les dépenses.
    2. Sauf accord contraire, le paiement doit être effectué sans escompte après l'émission ou l'envoi de la facture. 30 jours après la réception de la facture, le client est en défaut.
    3. les prix sont des prix nets et doivent être payés plus la taxe sur la valeur ajoutée légalement applicable.
    4. Le prestataire se réserve le droit de faire valoir des droits de rétention à l'encontre du client en cas de retard de paiement découlant de la même relation contractuelle du « contrat individuel ».
  7. Délai d'exécution ; retard ; exécution partielle par l'entrepreneur
    1. Les paiements du client sont dus dans les 30 jours suivant la réception d'une facture vérifiable et doivent être effectués en faveur du prestataire sur l'un des comptes spécifiés dans la facture.
    2. Si le client n'indique pas la dette qu'il paie, les encaissements sont d'abord imputés sur les créances annexes existantes (intérêts, etc.), puis sur la dette la plus ancienne du client.
    3. Si le client ne remplit pas ses obligations de paiement à temps, le prestataire peut, sans préjudice de la revendication d'autres dommages, réclamer au client des dommages et intérêts moratoires à hauteur des intérêts moratoires légaux.
    4. Si le client ne remplit pas ses obligations de paiement malgré un rappel fixant un délai supplémentaire raisonnable, le prestataire est en droit, sans préjudice des droits prévus au paragraphe 3, de cesser de travailler sur tous les services convenus dans le « contrat individuel » et les accords associés ou dans le cadre de la fourniture d'obligations continues pour les services non encore payés dans chaque cas, ainsi que de se retirer du contrat concerné, et de facturer au client tous les coûts encourus jusqu'à ce moment.
  8. Responsabilité pour vices
    1. Le client sait que le prestataire utilise des pièces de rechange d'origine, neuves ou d'occasion, ainsi que des pièces de rechange reconstruites pour effectuer les réparations.
    2. En cas de défauts dans le « service de réparation », le prestataire doit d'abord fournir une garantie par le biais d'une exécution ultérieure. Le prestataire a le droit de choisir le type d'exécution ultérieure. Le défaut doit être notifié au prestataire sous forme de texte (par ex. par courriel).
    3. Le délai de prescription pour les réclamations résultant de défauts dans la réparation ou les nouvelles pièces de rechange installées est de 12 mois et commence avec l'acceptation des services convenus. Les demandes de dommages-intérêts pour défauts matériels, à l'exception des demandes dues à un comportement intentionnel ou à une négligence grave et des demandes pour atteinte à la vie, au corps et à la santé, se prescrivent également après 12 mois. La responsabilité pour les défauts matériels des pièces de rechange installées et utilisées est exclue, à l'exception des demandes de dommages et intérêts pour violation intentionnelle ou par négligence grave des obligations du prestataire ainsi que des demandes fondées sur une atteinte à la vie, au corps et à la santé. Les réclamations au titre de la loi sur la responsabilité du fait des produits (Produkthaftungsgesetz) ne sont pas affectées par la présente disposition.
    4. Le droit de faire valoir la résiliation du « contrat individuel » en raison de l'existence d'un défaut insignifiant qui ne restreint que de manière insignifiante l'utilisation des fonctions de l'appareil est exclu. Le droit à la substitution de l'exécution conformément à l'article 637 BGB (code civil allemand) est exclu si le prestataire est capable et désireux de remédier au défaut.
  9. Responsabilité civile
    1. Si la réparation ne peut être effectuée, le prestataire n'est pas responsable des dommages causés à l'objet de la réparation.
    2. Les limitations de responsabilité ne s'appliquent pas en cas d'atteinte à la vie, à l'intégrité physique ou à la santé causée par un manquement au devoir par négligence ou par un manquement au devoir intentionnel de la part du prestataire ou par un manquement au devoir intentionnel ou par négligence de la part d'un représentant légal ou d'un agent d'exécution du prestataire. La responsabilité selon l'article 7 de la loi sur la responsabilité (HPflG) à l’égard de dommages corporels ainsi que les demandes de dommages et intérêts résultant de la violation d'obligations contractuelles essentielles, ne sont pas affectées. Les obligations contractuelles essentielles sont celles dont l'exécution est nécessaire pour atteindre l'objectif du contrat. En cas de violation d'obligations contractuelles essentielles, le prestataire n'est responsable que du dommage prévisible et typique du contrat au moment de la conclusion du contrat. Les dommages prévisibles et typiques du contrat sont ceux que le cocontractant prévoyait comme une conséquence possible d'une violation du contrat au moment de la conclusion du contrat ou qu'il aurait dû prévoir compte tenu des circonstances dont il avait connaissance ou qu'il aurait dû connaître s'il avait fait preuve de la diligence requise.
    3. En cas de dommages causés d'une autre manière, sans rapport avec les dommages visés au point 1, le prestataire est responsable conformément aux dispositions légales en cas de dol et de négligence grave, y compris celle de ses auxiliaires d'exécution. En cas de dommages matériels et financiers causés par négligence, le prestataire et ses auxiliaires d'exécution ne sont responsables qu'en cas de violation d'une obligation contractuelle essentielle, mais dans la limite du dommage prévisible au moment de la conclusion du contrat et typique du contrat.
    4. Le mandataire n'est pas responsable de toute perte de données ou de tout dommage résultant du fait que le client n'a pas sauvegardé l'appareil et les « données » traitées avec celui-ci dans des délais raisonnables en utilisant des moyens correspondant à l'état actuel et éprouvé de la technique.
    5. Tant que les parties ont négocié individuellement les dispositions relatives à la limitation de la responsabilité, les dispositions de l'Annexe HBV s'appliquent, qui priment sur les dispositions du présent contrat.
  10. Obligations de coopération
    1. Les obligations de coopération résultent du « contrat individuel » respectif et des dispositions suivantes :
    2. En dehors des réglementations spéciales, les obligations de coopération suivantes s'appliquent généralement au client. Le client doit créer les conditions organisationnelles nécessaires aux actes de coopération ; en particulier, il doit
      • soutenir de son mieux le prestataire dans la recherche de la cause du dysfonctionnement et, si nécessaire, encourager ses employés à coopérer avec les « employés » déployés par le prestataire ;
      • Le client s'engage à collaborer activement à l'analyse des défauts lorsqu'ils se produisent et à documenter les défauts de manière si précise (une fiche de diagnostic sera fournie pour aider à documenter le défaut) qu'il est possible de reproduire le défaut. Cette obligation est basée sur la capacité du client à identifier et à nommer les défauts techniques de l'équipement. Un rapport d'anomalie doit contenir des informations sur le type d'anomalie technique, le module dans lequel l'anomalie technique s'est produite, le numéro de version et toute intervention effectuée sur l'appareil lorsque l'anomalie technique s'est produite. Le rapport d'anomalie doit être fait sous forme de texte.
    3. S'il apparaît au prestataire que le client ne remplit pas une obligation de coopération conformément au contrat, le prestataire en informe le client et lui indique les conséquences. Le prestataire n'est pas en défaut tant que le client ne remplit pas une obligation de coopération qui lui incombe en vertu du contrat. Pour le reste, les dispositions légales s'appliquent.
  11. Force majeure
    1. Aucune des parties ne sera responsable envers l'autre partie en cas de manquement à ses obligations contractuelles si un événement de force majeure retarde, empêche ou entrave l'exécution desdites obligations. La force majeure est définie comme un événement indépendant de la volonté de l'une des parties qui ne pouvait raisonnablement être prévu au moment de la conclusion du contrat et dont les effets ne peuvent être évités par l'adoption de mesures appropriées (« force majeure »). Les parties contractantes conviennent que sont notamment considérés comme cas de force majeure les événements suivants : destruction totale ou partielle par incendie, inondations, guerre, intervention des pouvoirs publics, difficultés d'approvisionnement en énergie, grèves ou lock-out, pandémies ou épidémies, actes et/ou menaces d'actes terroristes sur le territoire des parties contractantes et catastrophes naturelles reconnues par l'état.
    2. Les parties conviennent expressément que tout événement causé directement ou indirectement par une situation épidémique, telle que notamment la propagation du virus responsable du COVID-19 (et de ses mutations), et les mesures prises à la suite d'une telle situation (y compris les mesures raisonnables prises par les parties dans ce contexte) qui empêche(nt) l'une des parties de remplir ses obligations contractuelles sans coûts déraisonnables, seront soumis à la présomption d'applicabilité du présent paragraphe 4, même si les critères de la force majeure tels que définis dans le présent article ne sont pas remplis. Les parties s'efforceront néanmoins de respecter les délais contractuels convenus, et chaque partie informera sans délai l'autre partie de toute difficulté à cet égard.
    3. La partie contractante qui invoque les droits énoncés dans la présente clause doit immédiatement fournir à l'autre partie la preuve, par écrit ou par télécopie ou courrier électronique, de la situation ou des circonstances qui l'empêchent d'exécuter ses obligations en vertu du présent accord. En outre, la partie contractante doit indiquer la période pendant laquelle, en raison de la situation ou des circonstances, elle ne sera probablement pas en mesure de remplir ses obligations contractuelles. En cas de survenance d'un tel cas de force majeure, l'exécution du présent accord sera présumée jusqu'à ce que le cas de force majeure disparaisse, cesse ou prenne fin. Toutefois, si le cas de force majeure a une durée supérieure à trente (30) jours ou si l'empêchement à l'exécution de l'obligation est définitif, chacune des parties aura le droit de résilier le contrat de plein droit, moyennant un préavis écrit de dix (10) jours, sans qu'aucune indemnité ne soit due par l'une ou l'autre des parties.
  12. Réception
    1. réception de la « réparation » se fait contre les dispositions du « contrat individuel ». Le client doit contrôler l'appareil réparé immédiatement après réception pour vérifier le bon fonctionnement de l'appareil ou les défauts du service.
    2. L'acceptation peut être constatée par écrit ou sous forme de texte (par exemple par e-mail) dans un délai de 3 jours ouvrables au plus tard, à compter du jour suivant où l'appareil réparé a été accepté. Si le client met en service l'appareil réparé sans faire valoir de défauts matériels dans le délai indiqué à la phrase 1, mais au plus tard après 7 jours ouvrables, l'existence d'une réception tacite est présumée. Toutefois, le prestataire doit en informer le client séparément.
  13. Réserve de propriété, droit de gage étendu
    1. Le prestataire conserve la propriété des accessoires essentiels, des pièces de rechange et des unités de remplacement jusqu'à ce que tous les paiements au titre du contrat de réparation aient été reçus. D'autres accords de sécurité peuvent être conclus.
    2. Le prestataire a droit à un droit de gage sur l'objet de réparation du client qui est entré en sa possession sur la base du contrat, en raison de sa créance découlant du contrat de réparation. Le droit de gage peut également être exercé sur les créances résultant de travaux effectués antérieurement, de livraisons de pièces de rechange et d'autres prestations, dans la mesure où elles sont liées à l'objet à réparer. Le droit de gage ne s'applique aux autres créances découlant de la relation d'affaires que dans la mesure où celles-ci sont incontestées ou passées en force de chose jugée.
    3. Le prestataire est en droit de faire valoir ses droits découlant de la réserve de propriété - en particulier de reprendre les biens livrés sous réserve de propriété - sans résiliation préalable du contrat d'achat correspondant.
  14. Matériel prêté
    1. Des dispositifs de location sont mis à la disposition du client contre paiement d'une redevance de location. Le montant de la redevance de location est indiqué dans le « contrat individuel ». Le matériel prêté fourni doit être restitué par le client sans délai à la fin de la durée convenue du prêt, aux frais du client. En cas de restitution tardive de l'équipement de location par le client, ce dernier doit payer des frais de location supplémentaires de 25 € (net, plus TVA) par jour.
    2. Le matériel de location sera inspecté à sa réception par le prestataire pour détecter les dommages qui ne sont pas dus à l’ « usure » normale. Les frais de réparation de ces appareils de location qui sont dus à l' « usure » sont à la charge du prestataire. Les dommages causés par une « influence extérieure » jusqu'à un montant de 250 € net sont à la charge du client. Si les dommages causés par une « influence extérieure » dépassent le montant de 250 € net, les frais de réparation ou les dommages ne sont à la charge du client que si aucune assurance électronique au sens de la lettre c) n'a été souscrite.
    3. Si le client souhaite la souscription d’une assurance électronique pour la location du matériel, il devra verser au prestataire un montant forfaitaire de 65,00 € (net, plus TVA). En cas de dommage, une franchise de 250,00 € (net, plus TVA) est alors à prendre en compte par le client si le dommage est dû à une « influence extérieure ». Pour le reste, les conditions contractuelles de l'assurance électronique sont applicables.
  15. Garantie
    1. Le client bénéficie d'une garantie de six mois sur les pièces de rechange installées et utilisées au cours de la réparation, à compter de la réception de l'appareil réparé par le client.
    2. La garantie ne couvre pas les défauts de la pièce de rechange installée si ceux-ci sont dus à des « influences extérieures ». Si une pièce de rechange nécessaire à la réparation n'est plus disponible pendant la période de garantie ou ne peut plus être obtenue ou ne peut l'être que dans des circonstances déraisonnables, la garantie est exclue. Le client n'encourt pas de frais supplémentaires en cas de recours à la garantie.
    3. Le client doit informer immédiatement le prestataire de la demande de garantie par écrit ou sous forme de texte.
    4. La notification écrite et la soumission de documents doivent être adressées à ENDOMOBIL GmbH
      Am Farmböddel 12
      Fax : +49 (0) 4327 25300 – 25
      Courriel : info@endomobil.com
    5. Le client notifie au prestataire, sous forme de texte, le ou les défauts et le fait qu'un contrôle de garantie doit être effectué. Le dispositif est désinfecté, puis le prestataire vérifie qu'il n'est pas endommagé lors de l'inspection à la réception. Le service de garantie est fourni de manière à ce que le défaut de la pièce détachée soit analysé. Si une « influence extérieure » peut être exclue, la pièce de rechange sera remplacée aux frais du prestataire.
    6. Les droits de la responsabilité pour vices s'appliquent indépendamment de la garantie et ne sont pas limités par celle-ci.
  16. Modification du contrat, loi applicable et lieu de juridiction
    1. Tous les accords qui contiennent une modification, un complément ou une concrétisation d'une composante du contrat au sens du § 2, ainsi que les engagements et accords de garantie particuliers, doivent être consignés par écrit. Si des déclarations du type susmentionné sont faites par des représentants ou des auxiliaires du prestataire, elles ne lient le prestataire que si la direction du prestataire y consent par écrit. La forme écrite peut être remplacée par la forme texte selon les spécifications du « contrat individuel » respectif.
    2. Indépendamment de l'alinéa 1), le prestataire est en droit de modifier unilatéralement les présentes CGV, dans la mesure où cela est nécessaire pour éliminer des ruptures d'équivalence survenues ultérieurement ou pour s'adapter à des conditions cadres juridiques ou techniques modifiées. Le prestataire informe le client d'une telle modification en lui communiquant le contenu des dispositions modifiées aux adresses de contact fournies (principalement le courriel). La modification devient partie intégrante du contrat si le client ne s'oppose pas à son inclusion dans la relation contractuelle sous forme de texte au prestataire dans les 4 semaines suivant la réception de la notification de la modification.
    3. Les parties conviennent que le droit de la République Fédérale d'Allemagne s'applique à toutes les relations juridiques découlant de cette relation contractuelle. Si le client est un commerçant au sens du code de commerce allemand (Handelsgesetzbuch), une personne morale de droit public ou un fonds spécial de droit public, le siège social du prestataire sera le lieu de juridiction exclusif pour tous les litiges liés à l'exécution de cette relation contractuelle. Nonobstant ce qui précède, le prestataire a également le droit d'intenter une action devant le tribunal compétent pour le siège social du client.
Ces CGV sont valables à partir du 01.08.2021.